Egalité Professionnelle Hommes – Femmes

296x197_egaliteEn marche vers l’égalité hommes – femmes 

La moitié des salariés sont des femmes. Elles subissent des différences de rémunérations pouvant aller jusqu’à 27%. Elles sont touchées par la précarité et le temps partiel, le chômage plus que les hommes.

Leurs carrières sont plus souvent plafonnées, bloquées, ce qui se traduit par des retraites inférieures de 42%.

La CGT en combattant ces discriminations, travaille aussi à une culture d’égalité entre les femmes et les hommes.

De la formation à la vie professionnelle ou en société, les stéréotypes renforcent les inégalités. Les repères revendicatifs de la CGT dans tous les domaines prennent en compte ces besoins d’évolution des droits humains.

Au Conseil Régional de Lorraine, nous constatons lors des CAP que l’absence pour congés de maternité freine la carrière de ces agents.

Selon une étude de l’INSEE, les femmes qui n’ont pas eu d’enfants ont des carrières et des salaires inférieurs à ceux des hommes, mais les écarts se creusent avec le nombre d’enfants : il y a toujours un « soupçon » sur les femmes qui seraient ou pourraient être des mères non disponibles pour l’employeur. Les femmes sont cantonnées dans des emplois non reconnus, non valorisés socialement et financièrement alors qu’elles sont les piliers de la société (éducation, soins, assistanat, service à la personne). Même quand elles sont cadres, elles n’ont pas la même reconnaissance et sont considérées comme « support ».

Les femmes sont contraintes d’assurer tout ce qui n’est plus pris en charge par la collectivité, leur travail « invisible » augmente, au détriment de leur travail rémunéré, de leur autonomie et de leur santé. Les femmes sont également les premières touchées par la baisse des effectifs et des rémunérations dans le secteur public mais aussi par la précarité car elles constituent presque partout la majorité des personnels.

Du local au national nous nous devons de porter plus et mieux ces questions d’égalité professionnelle femmes-hommes dans la Fonction publique territoriale ; le rapport du CSFPT avec ses 40 propositions, est un outil que nous devons connaître, et faire connaître. Par ailleurs, cette question doit être intégrée en transversale de nos négociations, nos formations locales.